La fourrure en France au fil du temps : de la Préhistoire à nos jours (1ère partie)

Si la fourrure est passée d'un moyen de protection contre le froid à une parure dans une garde-rode, il est cependant vrai qu'elle accompagne la vie de l'Homme depuis toujours.

Au fil du temps, les types de peaux utilisées ont grandement évolué. Certaines espèces ont disparu au profit d'autres espèces, mais la fourrure est toujours présente dans notre modèle vestimentaire.

Quittons un instant notre époque et partons dans le passé...

LA PREHISTOIRE


A l'origine de l'homme, les peaux de bêtes ont été utilisées pour la pêche, ou considérées comme des trophées, pour montrer le courage et les exploits des hommes. Elles n’ont été utilisées comme vêtement qu’au début des périodes glaciaires.

La fourrure au début de la période glaciere

 La fourrure au début de la période glacière



La fourrure n'avait qu'un seul dessein : réchauffer l'Homme. Avant que le textile n'existe, elle était la seule matière lui permettant d'être protégé du froid et des intempéries. Elle était aussi utilisée au sol ou comme couverture l'isolant d'un sol froid.

D'une matière brute, elle va finir par être façonnée. L'homme va découvrir les colorants naturels et va commencer à travailler ses "vêtements" en lavant les peaux, en les séchant, en les découpant et en les assemblant grâce à des lanières de cuir passées dans des trous faits avec des pointes de silex. La fourrure de loup sera principalement chassée. Mais bien d'autres seront aussi utilisées, tout dépendra du résultat de la chasse!

 

DU MOYEN AGE A LA RENAISSANCE

Au Moyen-Age, la fourrure est omniprésente, on peut même dire essentielle. Elle représente l'une des rares sources de chaleur qui permettent de rester au chaud durant les froids d'hiver. Les fourrures utilisées proviennent principalement de France mais aussi d'autres territoires d'Europe. On apprécie tout particulièrement la fourrure du castor car elle résistante aux pluies mais on utilise aussi du chat, du vair (écureuil), et des martres. (cf Jacques Le Goff "Histoire totale du Moyen Age).

Marchand de peaux au Moyen Age


Marchand de peaux au Moyen Age

A cette époque la fourrure devient un commerce si important et si demandé qu'une nouvelle sorte d'artisans voit le jour, ce sont "les pelletiers". Tandis que les paysans se réchauffent avec de la fourrure de chèvre ou de mouton. Les hommes et les femmes de haut rang se parent de luxueuses fourrures et les utilisent en cape dite hongreline souvent doublée de fourrure, mais aussi d'étuis (carquois), de manchons, de cols etc...




carquois-arbalete-xiv

Carquois d'arbalète au XIVème siècle

Mais la fourrure emblématique reste l'hermine qui impose le symbole royal.



La fourrure d'hermine : Symbole Royal

Mariage de Charles IV le Bel et Marie de Luxembourg



Désormais le vêtement est révélateur du rang et de la fortune de celui qui la possède. Porter de la fourrure définit les codes de sa caste et donc de son identité sociale. L'apparence est désormais primordiale notamment en Italie et en France. Elle l'est autant pour les femmes que pour les hommes.

Durant la période de la Renaissance, on assiste à de grands bouleversements. On rejette le Moyen-Age considéré comme une époque d'arriérés. En effet, la découverte de nouveaux territoires (découverte de l'Amérique) modifient les habitudes et ouvrent de nouveaux horizons commerciaux. La cour impose clairement les codes vestimentaires. Dans un premier temps la France suit l'influence du rayonnement culturel italien, les nobles se parent et s'habillent richement.

La mode italienne fait appel aux plus belles étoffes, aux plus belles soieries, au taffetas, aux perles etc.. Les tenues, pour les hommes et pour les femmes sont colorées. La fourrure se retrouve soit en broderie, en revers ou en doublure. Les hommes portent la chamarre, les femmes se réchauffent avec des cols, des manchons, des capes en fourrure.



renaissance

L'Homme au chapeau Rouge - Titien

Puis après 1525, le style passe sous influence espagnole, l'expansion du royaume, de part le monde, entraîne un changement radical dans la mode. Les tenues deviennent strictes, les couleurs ne sont plus dans le ton, la rigueur est de mise, on apprécie surtout le noir.

La fourrure reste très présente et prédominante. Elle continue d'orner les vêtements mais avec sobriété car l'on tient toujours à garder son rang. Tout comme c'était le cas au Moyen Age, les fourrures sont transportables, on les range dans des coffres que l'on emmène au grès de ses déplacements. Elles font partie des atours des seigneurs et de leurs épouses.




El Greco (Doménikos Theotokopoulos)

La Dame au Manteau de Fourrure - El Greco

Pour répondre à cette grande demande de fourrures, on chasse le loup, le renard, le castor, le vair, mais on commerce également avec la Russie qui devient le principal pays exportateur. Mais doucement commerce de la fourrure commence à se développer avec les nouveaux états de la toute jeune Amérique.

Fin de la première partie......